Prix du kilowattheure d’électricité

La facture d’électricité est répartie entre le prix de l’abonnement, 5 à 10 euros par mois en moyenne, et le prix du kilowattheure, d’environ 12 centimes d’euro. Présentation des différents tarifs du kilowattheure en France, des composantes du prix du kWh, et des perspectives d’augmentation du prix du kilowattheure pour les années à venir.

De 8 à 15 centimes d’euros pour une moyenne de 0.12 euros par kWh

Le prix du kilowattheure varie entre des extrêmes : de 8,59 centimes en heures creuses chez Direct Energie à 14,95 centimes chez Enercoop. Néanmoins, le tarif réglementé d’EDF Bleu Ciel reste autour de 12 centimes par kilowattheure avec 0.1188 euros pour le tarif réglementé avec une puissance de 6 kVA.
En heures creuses, le kilowattheure coûte de l’ordre de 9 centimes contre environ 13 centimes en heures pleines. Ces tarifs ne concernent que les clients possédant un compteur double tarif.

Qu’est ce qui compose le prix du kWh ?

Sur le marché, EDF vend de l’électricité pour 42 euros par MWh à ses concurrents, ce qui revient à 4,2 centimes par kilowattheure. Or le kilowattheure est revendu près du triple aux clients.
Il convient en effet d’y ajouter des coûts de facturation, incluant le risque d’impayé, le coût du gestionnaire de réseau, qui entretient les lignes et relève les compteurs, et enfin les taxes.
Les taxes sur l’électricité sont nombreuses : près d’un centime par kWh pour la TCFE, qui finance les communes et les départements, 0,75 centimes pour la CSPE, qui paie les investissements dans les énergies nouvelles, le budget du médiateur de l’énergie et le coût du tarif de première nécessité (la solidarité énergétique). Il faut aussi compter une TVA à 19,6% sur le prix du kilowattheure.
L’électricité est donc un produit très lourdement taxé.

Vers une augmentation du prix du kWh en France

Le prix de l’électricité en France reste néanmoins très faible par rapport à l’Allemagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni, où il est plus proche de 20 centimes par kWh. Dans le cadre de la construction européenne, les frontières de l’électricité doivent s’effacer progressivement pour laisser la place à un marché commun. Les prix du kilowattheure en France devraient donc croître d’environ 5% par an dans les prochaines années, pour rattraper la moyenne européenne.